VELANNE - ISERE-38620 Village au coeur du Val d’Ainan

  • VELANNE - ISERE-38620
  • VELANNE - ISERE-38620
  • VELANNE - ISERE-38620
  • VELANNE - ISERE-38620
  • VELANNE - ISERE-38620
  • VELANNE - ISERE-38620
  • VELANNE - ISERE-38620
  • VELANNE - ISERE-38620

Accueil du site > annexe > Le mot du maire - Novembre 2014

Le mot du maire - Novembre 2014

  • « L’été est déjà loin mais ces mois de juillet et d’août qui sont tant attendus pour leur soleil et leur chaleur n’ont été tristement que deux mois de pluie et de fraîcheur inhabituelles. Depuis longtemps déjà, la communauté scientifique nous alerte sur les conséquences du réchauffement climatique planétaire. Mais qu’en pensons-nous vraiment, nous les citoyens de terrain, et combien sont-ils les grands décideurs du monde à l’entendre et à construire de nouvelles stratégies économiques et écologiques pour tenter de remédier au problème ? Ce monde est étrange et déconcertant. Je viens de voir des fleurs à un cerisier, comme si la nature s’y perdait elle-même, comme si l’ordre des choses basculait dans un désordre que chacun découvre à sa porte, il suffit pour cela d’observer.
  • Un deuxième printemps début novembre, un automne en été, comment sera l’hiver, sera-t-il blanc et froid comme on l’attend ou doux comme un printemps venu trop tôt ?
  • Le monde naturel est bouleversé et nous sommes nombreux aujourd’hui à nous interroger sur son devenir. Par ailleurs, le monde politique est lui aussi instable et nous manquons de directions claires et d’espérances d’une société meilleure. Quand la société et la nature vont mal il faut regarder loin devant nous pour reprendre espoir et faire des choix intelligents.
  • Je suis maire de Velanne, un simple village de l’Isère, et je pourrais me contenter d’écrire sur ce qui se passe au village, sur nos projets municipaux, sur tout ce qui s’entreprend dans nos collines, sur nos associations dynamiques et indispensables, sur l’école et nos enfants si nombreux en classe unique, et sur tant d’autres choses encore.
  • Mais en ce milieu d’automne, je m’interroge plus largement sur ce qu’est notre environnement et sur celui que nous laisserons à celles et ceux qui viendront après nous. Nous devons nous en inquiéter, dès maintenant, au quotidien, et avec la conviction qu’il n’est pas trop tard pour agir et reconstruire ce monde qui s’est fragilisé au cours des dernières décennies. Chacun d’entre nous doit se convaincre de l’importance de son propre comportement et des conséquences de ses actions et choix personnels sur le milieu naturel. Se préoccuper de l’environnement n’est plus réservé à un courant politique, c’est l’affaire de chacun et donc de tous, et même si la fleur de cerisier est belle, je la préfère sous le soleil de printemps. »

Denis Mollière



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF